Pages vues le mois dernier

Accéder à chaque thème en cliquant ci-dessous sur les liens en bleu

vendredi 27 mai 2016


Appel National pour le 27 mai 2016

Après la journée de la déportation, le dernier dimanche d’avril et avant la commémoration de l’appel du 18 juin, acte fondateur de la Résistance Française, il est une date essentielle dont nous voulions voulons étendre la portée politique et symbolique au-delà de tous les clivages existants dans notre société : il s’agit du 27 mai, date anniversaire de la création du C.N.R. (Conseil National de la Résistance) et de l’unification de la Résistance.
Nous l’avons demandé depuis plus de 20 ans, aux côtés des anciens Résistants, non pas pour rajouter une commémoration mais pour que cette journée soit  l'occasion d'une réflexion sur les valeurs de la Résistance et celles portées par le programme du C.N.R.
‘’Résister Aujourd’hui’’ porte depuis des années la voix des résistants et celle des déportés et nous nous devons d’entendre et de transmettre ce qu’ils ont appris de leur résistance, ce qu’ils ont appris de l’enfer concentrationnaire, ce qu’ils ont appris des luttes et de la désobéissance civile car leurs voix viennent en écho,  aujourd’hui encore, en celles des combattants actuels, en celles des opprimés, en celles des prisonniers dans des geôles ou de systèmes où l’humain n’a plus sa place.
Evoquer le 27 mai, c’est donc parler du CNR et rappeler à tout le monde que c’est en pleine guerre que la Résistance a élaboré un programme ambitieux pour une nation solidaire ; réunis clandestinement autour de Jean Moulin, les représentants des 8 grands mouvements de la Résistance rédigeaient le programme des « Jours heureux » pour construire un modèle de société que beaucoup de nations nous envient encore à ce jour mais que certains essayent systématiquement de détricoter  car non conforme aux lois du marché .
N’oublions jamais que c’est aux résistants et aux membres du CNR que nous devons : la Sécurité sociale, la culture pour tous, le statut de la fonction publique, le droit de vote des femmes mais surtout la preuve qu’une société solidaire est possible ! De cette utopie née dans la clandestinité est née une période que nous connaissons toutes et tous sous le terme des « 30 glorieuses » !
Stéphane Hessel  disait en 2014 : «  Il y avait dans le programme du CNR l’affirmation d’une vision et cette vision est toujours valable aujourd’hui. Refuser le diktat du profit et de l’argent, s’indigner contre la coexistence d’une extrême pauvreté et d’une richesse arrogante, réaffirmer le besoin d’une presse vraiment indépendante, assurer la sécurité sociale sous toutes ces formes(….) Résister, c’est considérer qu’il y a des choses scandaleuses autour de nous. C’est refuser de se laisser aller à une situation qu’on pourrait accepter comme malheureusement définitive »
Et il disait aussi : « les valeurs de la Résistance, ce sont les valeurs de la République et de la Démocratie »
Ne laissons pas ces mots gravés sur nos frontons, enracinés  dans notre mémoire collective devenir des mots vidés de leurs promesses, ne nous laissons pas impressionnés par ceux et celles qui voudraient nous faire croire que le danger est partout et qu’au nom de la sécurité, nous devons accepter d’y perdre en droits fondamentaux.
La démocratie c’est l’équilibre des pouvoirs et quand les pouvoirs se concentrent de plus en plus dans les mains de l’exécutif il y a lieu de s’inquiéter. Nous ne savons pas ce que d’autres demain feront.
Résistons toutes et tous à cette tendance individualiste et consumériste, Résistons ensemble pour que la belle utopie des résistants de la libération survive aux intérêts individuels………..Nous voulons croire dans cette jeunesse qui se réveille et qui revendique un monde plus juste, plus généreux.
Les Nuits debout en sont un signe, signe que nos valeurs communes sont bien partagées et que l’Humain doit primer avant tout
Terminons par cet appel d’Anatole France : «  Et il est temps citoyens, qu’on sente votre force, et que votre volonté, plus claire et plus belle, s’impose pour établir un peu de raison et d’équité dans un monde qui n’obéit plus qu’aux suggestions de l’égoïsme et de la peur »

  le 26 mai 2016
 Résister Aujourd’hui 
Perpétuer la mémoire de la Résistance et de la Déportation- Être vigilants- Transmettre aux nouvelles générations


samedi 19 mars 2016

Contre les violences de l'Action Française, 

''Résister Aujourd'hui''

s’adresse aux françaises et aux français

Notre association ‘’Résister Aujourd’hui’’ se bat depuis plus de 20 ans pour perpétuer la mémoire de la Résistance contre le nazisme et de la Déportation, restant  fidèles au ‘’Plus jamais çà’’  de nos aînés.
C’est de notre devoir de parler aujourd’hui en leur nom, comme ils nous l’auraient demandé
eux qui ont connu l’Action française au milieu des années 30, eux qui ont souffert du joug hitlérien dans les maquis ou dans les camps.

Certains pensent que ces groupuscules d’extrême droite ne sont que des épiphénomènes
et que l’on ne devrait pas leur donner plus d’importance qu’ils n’en ont mais les ignorer, ce que nous avons souvent fait, c’est les laisser dans leur idéologie maurassienne  au relent de naphtaline
il arrive un moment où on ne peut plus tolérer l’intolérable et leur jeu décomplexé, intrusif, violent
devient inacceptable dans un espace démocratique et républicain
Nous savons bien, et l’histoire nous l’a maintes fois montré, que la violence quelle qu'en soit la forme
fait partie de l'arsenal idéologique de l'extrême droite : c'est leur seul moyen de militer, c'est même le plus prestigieux de tous, la forme suprême de leur engagement pour préparer l'avènement de «l'Ordre nouveau», comme ils l’appellent.

Résister Aujourd’hui vous demande de ne pas sous-estimer la capacité de nuisance de ces individus,
jeunes oui, mais leurs idées sont archaïques, ils n’ont plus les mots mais seulement la violence pour les exprimer.

Quant à nous, nous devons nous interroger sur cette société qui  laisse dériver nos jeunes 
sur des vagues idéologiques de plus en plus brutales,
nous devons nous interroger sur nos idéaux démocratiques et républicains qui ne trouvent pas d’écho 
dans une grosse partie de la jeunesse :
(60 % d’entre eux ne sont pas allés voter lors des dernières élections et 17% d’entre eux ont voté F.N.) 
On voit, dans notre pays comme dans toute l’Europe, des peurs réelles ou fantasmées
qui engendrent toujours les mêmes engrenages: les préjugés et les amalgames conduisent à l’exclusion mentale puis aux insultes, aux agressions physiques individuelles puis collectives, aux replis, aux rejets de l’autre, voire même aux assassinats.
Nous avons le devoir de défendre la démocratie, nous avons le devoir d’exiger que la démocratie soit défendue
mais nous avons aussi le devoir de prouver aux jeunes que seul le modèle de la République, une et indivisible,
laïque et fraternelle, est notre seule issue. Il en va de notre responsabilité collective.
On est comptable de notre Liberté, nous disait Stéphane Hessel.
Défendons cette Liberté avec la jeunesse, toutes et tous unis, hors de nos chapelles,
face au fascisme rampant renaissant.

Valorisons l’héritage du programme du Conseil National de la Résistance.
Etablissons, avec toutes celles et tous ceux qui le veulent, notamment les jeunes et leurs associations,
un ‘’ Projet de Société pour le 21ème siècle’’ sur lequel nous travaillons
afin de rétablir la justice économique et sociale et la dignité des Hommes
ce que désiraient tant nos parrains
de Lucie Aubrac à Jacques Chaban-Delmas,
de Geneviève De Gaulle-Anthonioz à Georges Guingouin,
de Louis Philibert à Paul Lombard…..
Faisons fleurir les mots Liberté, Egalité, Fraternité, Justice, Laïcité bien sûr,
ces mots qui appartiennent à notre histoire citoyenne,
mais aussi tous ceux que nous échangions le 1er janvier dernier :
Paix, Bonheur, Joie, Partage, Dignité, Tolérance, Respect, Amour……

De quoi effrayer ces nervis de l’Action française.

le 19 mars 2016

vendredi 18 mars 2016

Bienvenue

Nous sommes heureux de vous accueillir sur notre Blog. Il est loin d'être parfait mais il a le mérite d'exister et de répondre à certaines de vos interrogations sur la Résistance d'hier, d'aujourd'hui et de demain.
Nous tentons de reconstruire notre blog et nous serions heureux d'avoir quelques amis maitrisant bien l'informatique pour nous aider dans ce domaine.

Aujourd’hui, 70 ans après la capitulation nazie, les crimes racistes, la xénophobie et les idées d’extrême-droite progressent dangereusement à travers l’Europe notamment en France bien sûr mais aussi en Belgique, Pays-bas, Hongrie, Suède, Finlande, Danemark, Grèce, Autriche, Allemagne ,Italie, Pologne, Bulgarie, Royaume Uni,   …..La liste est longue

Membre du F.AF.E. ( Front Anti-Fasciste Européen), nous voudrions envisager une riposte européenne devant l'ampleur du problème.

Nous avons obtenu, aux côtés de toutes les associations d'anciens résistants, après 20 années de proposition que le 27 mai (anniversaire de la création du C.N.R.) devienne journée nationale de la Résistance.

Nous continuons pour que l'esprit du programme du Conseil National de la Résistance et de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme imprime notre société.
Nous ne lâcherons pas prise et continuerons à nous battre pour conserver et faire fructifier l'héritage de progrès humain que nos aînés nous ont légué.

Vous pouvez nous écrire à
"Résister Aujourd'hui"
Le Ligourès, Place Romée de Villeneuve
13090 Aix en Provence


Notre association est dirigée par des bénévoles et ne fonctionne que grâce aux cotisations, aux dons et à quelques petites subventions.

L'adhésion annuelle est fixée à
20 euros + 10 euros pour le conjoint
5 euros pour les faibles revenus


Cotisations et dons sont déductibles des impôts, 
une attestation annuelle CERFA vous sera fournie.
Merci

dimanche 14 février 2016

Bulletin d'informations janvier 2016

Cliquez sur le lien suivant :

http://www.millebabords.org/IMG/pdf/bulletin_65.pdf

mardi 2 février 2016



Catherine Piat, nouvelle présidente, s'adresse à vous

Cela fait maintenant un an que j’appréhende un peu ce moment : assurer la Présidence de RA après Michel Vial est un sacré défi
- Qui suis-je ?
60 ans à ce jour, mariée depuis longtemps à un homme adorable membre de RA, mère de 2 filles autonomes et grand-mère de 3 petits-enfants.
Un grand-père paternel qui intègre la Résistance dès 1940, une grand-mère bien au courant qui va cacher des juifs et des réfractaires au STO et couvrir les activités de son mari et de son fils et un père qui rentre en Résistance très rapidement alors qu’il est encore au lycée : il sera à la fois ou successivement, distributeur de tracts, agent de liaison, responsable en 44 d’un groupe de jeunes (F.U.F.P) et membre de l’A.S.
Le 17 mai 1944 il est arrêté sur dénonciation, avec son père, par la Gestapo et tous 2, avec d’autres camarades seront emmenés par le convoi du 2 juillet 1944 au camp de Dachau.
Mon grand-père y est mort du Typhus et mon père sera libéré par les américains le 29/04/1945 – 1M85 et 33 kg
Dans les années 90 les anciens Déportés et Résistants ont fait appel à leurs enfants pour prendre le relais et continuer le travail de transmission qu’ils faisaient depuis des années.
Mon père était membre de l’amicale de Dachau et je ne me suis pas engagée : qu’avais-je à transmettre, moi qui n’avais pas son vécu ? 
Porter des gerbes lors des commémorations ? 
Raconter ce que les historiens font dix fois mieux que moi ? Tout cela ne me convenait pas.
Résister Aujourd’hui, par contre m’a interpellée car RA fait le lien entre hier et aujourd’hui, RA a su passer de la mémoire révérence à la mémoire référence !
Nous connaissons maintenant les mécanismes qui conduisent au fascisme et nous devons les dénoncer partout pour que cette injonction ne soit pas lettre morte : 
« plus jamais çà »
Nous nous sommes souvent interrogés dans l’association sur notre légitimité en tant qu’enfants de résistants et de déportés, sur notre mission, sur nos engagements : ce débat ne doit jamais s’arrêter mais nos objectifs sont clairs et c’est le cap que je souhaite garder avec toutes celles et tous ceux qui nous suivront;
 R.A. doit servir de sentinelle et dénoncer tout ce qui participe à la résurgence d’idées racistes, antisémites, xénophobes
 R.A. doit s’appuyer sur l’expérience du CNR et lutter contre celles et ceux qui nous font croire qu’une société humaniste, généreuse, solidaire n’est pas possible
 R.A. doit développer une vision positive et optimiste comme l’avaient les membres du Conseil National de la Résistance et dénoncer les politiques d’austérité que l’on veut nous imposer (à noter d’ailleurs que nous aurions beaucoup à apprendre en analysant les erreurs faites pour enrayer la crise des années 30…..dont le choix d’une politique d’austérité) 
¤ R.A. doit rassembler et se sentir libre d’exprimer ses questionnements, ses doutes, ses colères en dehors de toute influence politique, économique religieuse ou autre.
¤ R.A. doit dénoncer toutes les dérives qui justifieraient des fractures sociétales avec les bons d’un côté et les mauvais de l’autre.
Ce combat est le nôtre mais c’est aussi le vôtre et nous devons oeuvrer ensemble pour les générations futures.
Nous avons besoin de vos soutiens, de forces vives, de lien mais je sais que nous pouvons compter sur vous.

Catherine Piat


vendredi 1 janvier 2016

Voeux pour 2016


«  Au coeur de chaque hiver il y a un printemps vivant et derrière chaque nuit une aube souriante » (Khalil Gibran)

Dans le monde bouleversé de 2015, une fragile espérance,
 
un souffle qu’il faut maintenir et amplifier pour éviter le pire,
l’éducation et la culture étant des remparts inébranlables
 
contre l’ignorance, l’intolérance et la haine.....
Que le printemps vivant et l’aube souriante
 

éclairent pour vous, votre famille et pour l’humanité les chemins de l’année nouvelle 2016.
’’Résister Aujourd’hui’’ y tiendra toute sa place

                                                              Michel Vial


Créons ensemble une utopie d'Humanité

Nous avons rêvé, nous avons imaginé, aujourd'hui nous voulons créer une utopie d'Humanité ! 
Nous avons rêvé avec Martin Luther King et Nelson Mandela, nous avons imaginé un monde meilleur avec John Lennonnous avons lutté depuis 1994 pour que le ‘’Plus jamais çà’’ de nos aînés devienne réalité.                                   Nous venons de vivre une année difficile et avons éprouvé colère et compassion devant les attentats de Janvier et de Novembre, solidarité devant l’afflux des migrants et des réfugiés, condamnation des politiques d’austérité qui aggravent le malaise social et ouvre la voie à l’extrême droite.                                               Notre détermination n’a jamais été aussi forte, nous ne céderons ni à la peur, ni à la résignation et voulons nous engager à construire, dans l’unité la plus large, une utopie d’humanité salvatrice, les français étant profondément désespérés et comme l’affirmait déjà Daniel Balavoine dans les années 80 :
"le Désespoir est mobilisateur, 
et quand il est mobilisateur, il est dangereux" 
                  
Dans un monde d’inégalités où le fossé se creuse entre nantis et démunis, si des réponses ne sont pas apportées, dans l’urgence, aux inquiétudes des français, le F.N. transformera la colère sociale en une explosion du racisme et de l’antisémitisme, continuera sa progression en changeant les citoyens mécontents en électeurs épousant les thèses ‘’sous-marines’’ de l’extrême droite.                                                                                                                  Pour l’instant la digue a tenu mais elle peut se rompre à tout moment. Ce serait une illusion de croire que les partis politiques pourraient se passer de réflexions sur les raisons profondes dont ce climat résulte. Des décisions indispensables doivent être prises et nous demandons, solennellement, aux élus et leaders d’opinion de prendre toute la mesure de leurs responsabilités. Quand les libertés essentielles sont menacées, nous devons rassembler, faire front ensemble, hors de nos ‘’chapelles’’, car c’est un domaine où le consensus devient indispensable.                                                                                           Depuis 21 ans je présidais aux destinées de ‘’Résister Aujourd’hui’’, et à l’aube de 2016, j’ai passé la main à Catherine Piat, fille et petite fille de déportés, présidant une équipe plus jeune et volontaire, investie, dès sa prise de fonction, fin 2015, dans la rencontre 
des "Femmes en Résistance"

 avec l’ambition de placer cette année 2016 sous le signe de la jeunesse. Cette jeunesse la plus touchée par le chômage, cette jeunesse désespérée qui vote à 17% pour le F.N. et qui s’abstient à 65%. Si nous ne voulons pas que cette jeunesse désabusée se tourne vers le Djihad, l’abstention ou le vote F.N. par manque d’imaginaires et de projets d’avenir nous devons lui offrir éducation, culture, formation et travail, le tout financé par la fin du hold-up des richesses nationales et par l’arrêt de l’évasion fiscale. Notre société doit faire émerger par le brassage social et culturel : la tolérance, la solidarité, la citoyenneté. La conscription universelle et obligatoire militaire et/ou civique y participerait au même titre que l’Ecole Publique où l’éducation civique prendrait une place importante dès la Maternelle. Il est urgent de valoriser l’héritage du programme du Conseil National de la Résistance en le réactualisant par 

‘’Le Projet de Société pour le 21ème siècle’’ 

sur lequel nous travaillons afin de rétablir la justice économique et sociale et la dignité des Hommes ce qu’auraient tant voulu nos parrains de Lucie Aubrac à Jacques Chaban-Delmas, de Geneviève De Gaulle-Anthonioz à Georges Guingouin….. Comme un ardent printemps régénérateur, faisons fleurir les mots Liberté, Egalité, Fraternité, Justice, Laïcité bien sûr, ces mots qui appartiennent à notre histoire citoyenne, mais aussi tous ceux que nous échangions ce 1er janvier : Paix, Bonheur, Joie, Partage, Dignité, Tolérance, Respect, Amour……   

Je vous souhaite à toutes et à tous, une Bonne et Heureuse Année de Résistance pour défendre les valeurs essentielles que représentent ces mots.  

Michel Vial Président-Fondateur de Résister Aujourd'hui                                                                          

mercredi 25 novembre 2015

Conférence-débat 

sur les ''Femmes en Résistance'' 

Le mercredi 25 novembre au Toursky, journée contre les violences faites aux femmes, fut le jour qu’avait choisi l'Association "Résister Aujourd’hui" pour convoquer à sa tribune 4 " Femmes en Résistance ». En raison de l’urgence et face au malaise croissant ressenti jour après jour, dans la cité, au travail, à l’école, dans la famille, partout, elles sont devenues actrices, venues d’horizons divers, nous faire part de leurs réflexions et témoigner de leurs expériences à propos des souffrances de notre temps.

Richard Martin a accueilli ses hôtes dans le temple de la Culture qu’il aime volontiers à appeler « sa maison ». D’une voix magistrale, des mots de fraternité et de circonstance ont résonn, appelant à célébrer le Temps des Alliances.
Tania Sourseva, comédienne et cofondatrice du théâtre Toursky a interprété le poème « La Prière aux Vivants » écrit dans le camp d’Auschwitz-Birkenau par Charlotte Delbo, écrivaine, secrétaire de Louis Jouvet, résistante et déportée lors de la rafle de Marseille, ordonnée le 24 janvier 1943 sur ordre du SS Heinrich Himmler.
Catherine Lecoq les a présentées de manière éclatante. Elle a su tirer le meilleur parti des profils particuliers des personnalités hors du commun qui se sont succédées à la tribune.
Marie-jo Chombard de Lauwe, résistante à dix-sept ans, déportée à Ravensbruck, Présidente de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation et marrainage de Résister Aujourd’hui depuis 1994, absente pour raison de santé, nous a adressés une lettre de paix dont la lecture a ému notre assistance. Dans le film de Frédéric Vidal tourné à Ravensbrück, la grande Dame évoque son épuisement. Elle nous assure qu’elle incarnera jusqu’à son dernier souffle, l’esprit et les valeurs de la Résistance.
Mireille Mavrides préside l’association Femmes Solidaires à Marseille, ex « Union des Femmes Françaises » héritière directe des Comités Féminins de la Résistance, créés en 1944, elle milite pour les Droits des Femmes, lutte contre les violences qui leur sont faites et pour préserver l’acquis des valeurs fondamentales de laïcité, de mixité, d’égalité, engagée contre la discrimination séculaire de l’inégalité des sexes.
Nazilla Guarrigues, médecin généraliste qui s’occupe aussi des migrants à Calais, elle apporte soins, soutien moral et matériel. Fille d’exils, elle a de par ses origines iraniennes, sa culture et ses connaissances scientifiques, une conception très noble du dévouement aux autres. Comme Gandhi, elle fonde sa conviction sur : « Tant que le plus humble des hommes souffrira, je n’aurais de repit.»
Elsa Di Méo résiste à Fréjus. Élue socialiste régionale, en lutte contre le sénateur maire frontiste, David.Rachline, elle est l’auteure du « Journal de bord d’une élue en pays FN » aux éd. Stock. « Le combat citoyen contre l’usage des stéréotypes, au sein même de l’institution éducative, passe par une refonte de l’image de la femme dans les manuels scolaires et une attitude plus affirmée des enseignants. L’instruction laïque demeure l’outil privilégié de l’acquisition du savoir et des connaissances. C’est pourquoi, le principe d’égalité doit être défendu par tous. Il sauvegarde l’enrichissement que porte en elle la diversité de notre République.»
Catherine Piat, fille de déporté, préside désormais au destin de Résister Aujourd’hui. Elle assume cette haute responsabilité avec un sentiment de répondre à la fois, à une urgence sociétale et à la maturation de sa trajectoire personnelle. Sa sérénité lui vient de l’équipe militante déterminée qui l’entoure et de la complicité qu’elle a avec le charismatique Président-fondateur, Michel Vial qui oeuvre depuis 1994 à la reconnaissance du caractère légitime de l'association
''Résister Aujourd'hui''                      
Marseille – 11 décembre 2015 - Monique ESPINAR